Up

PARTAGEZ MOI

Un pointu du Vieux-Port de Cannes

Scroll down to english

Ils sont une vingtaine de bateaux stationnés dans le port de Cannes, face à la mairie, à attendre patiemment la nuit.

C’est lorsque la ville est endormie que les patrons pêcheurs partent en mer, effectuer leur « petit métier ». Pas de chalutier dans la baie, juste quelques pointus ou modestes vedettes qui récoltent daurades, loups, sars, langoustes, espadons, rougets, saint-pierre, oblades, palamides et autres bonites, selon les saisons et le succès des prises.

Leur zone de travail s’étend de Golfe-Juan jusqu’à la limite du Var. Respectueuses de la ressource et de l’environnement, deux générations de professionnels vendent ensuite le fruit de leur pêche sur le marché Forville.

Au-delà de la dimension gastronomique, les pêcheurs tiennent aussi à jouer un rôle pédagogique en faisant découvrir certains poissons oubliés comme le barracuda, excellent en darne à la plancha, ou encore le mulet bleu, qui souffre d’une mauvaise réputation, trop souvent confondu avec le mulet noir que l’on voit dans les ports.

Face aux difficultés inhérentes de cette activité – aléas de la météo, contraintes techniques, développement de la plaisance… – ces passionnés de la mer et du beau produit ont su conserver le cap contre vents et marées pour poursuivre leur mission.

« Un jour tu ris, dix jours tu pleures » a-t-on l’habitude de dire chez eux. Peut-être. Mais qu’importe ! Le métier perdure pour le plus grand plaisir des gourmets cannois.

 

L’acquaculture à échelle humaine

Vous ne le savez peut-être pas, mais la plus grande ferme aquacole bio de France se trouve à Cannes. Ici, pas d’OGM, ni d’hormones de croissance, d’antibiotiques ou de nourriture issue de produits animaux terrestres. Cannes Aquaculture, entreprise familiale créée en 1988 par Jean-Pierre Charvoz, fait figure de pionnière. Première ferme de France en mer ouverte, l’élevage marin raisonné était son objectif de départ.

La labellisation Agriculture Biologique est arrivée comme une suite logique.

Aujourd’hui, sur les cinq sites répartis entre Théoule-sur-Mer et le cap d’Antibes, sont ainsi élevés avec passion daurades royales, loups et maigres au sein de structures flottantes. Deux ans à deux ans et demi sont nécessaires avant de pouvoir les commercialiser exclusivement auprès des grandes surfaces et à l’export vers l’Italie et la Suisse, afin de laisser le champs libre aux patrons pêcheurs du secteur.

Leur goût est irréprochable. Leur qualité indéniable. Seconde fierté de ces « paysans de la mer » : la biodiversité naturelle créée sous les enclos, avec le retour d’espèces qu’on ne voyait plus.

Aujourd’hui, ces refuges artificiels en abritent environ 70 alors qu’on en dénombrait une vingtaine il y a 25 ans.

 

Cannes Aquaculture – Tél. 04 93 43 53 51

Par Lise Irlandes-Guilbault
Photos : Jean-Michel Sordello pour Gazelle Communication

Retrouvez le reportage complet dans le magazine « Cannes is Yours » hiver 2014-2015.

 

English version

IN THE OLDEN DAYS CANNES WAS JUST A SIMPLE FISH ING VILLAGE. PRESERVING THAT TRADITION, ITS FISHERMEN STILL SET THEIR NETS COME RAIN OR SHINE.
Opposite the town hall, a score of boats tied up in Cannes harbour patiently await nightfall. Once the townis asleep, its fishermen head out to sea to do their work.No trawlers in this bay, just a few traditional Provençalfishing boats and modest launches, which dependingonseasonandluckbringback gilt-head bream, bass,white seabream, Norway lobster, swordfish, red mullet,John Dory, saddled bream and bonito from their fishingzone that stretches from Golfe-Juan to the limits of the Var. Then two generations of fishermen who have totalrespect for their environment and its resources sell their catches at Forville Market. In addition to their unarguable contribution to local gastronomy, these fishermen are also keen to educate our palates by encouraging us to rediscover forgotten  fish such as barracuda, excellent as steaks cooked a la plancha, and fringelip
mullet, too often confused with the grey mullet found in harbours. Despite the inherent difficulties – the vagaries of the weather, the technical constraints, the increasing number of pleasure craft –, these men who love the sea and fine seafood have held their vocation’s course come hell or high water. “One day you laugh, 10 days you cry,” they say. Perhaps, but no matter! Cannes’s fishermen go on fishing so Cannes’s gourmets can enjoy the results.

 

AQUACULTURE ON A NATURAL SCALE
You may well not know that France’s largest organic fish farm is here in Cannes! No GMOs, growth hormones, antibiotics or animal-derived feeds here. Cannes Aquaculture, the family firm started by Jean-Pierre Charvoz in 1988, is a pioneer: the first open-sea fish farm in France. Charvoz’s initial goal was to raise fish humanely, so obtaining the Agriculture Biologique label was a natural step forward. Today the company has five sites between Théoule-sur-Mer and Cap d’Antibes, where it raises gilt-head bream, sea bass and meagre in floating cages, with the greatest care. It takes two to two and a half years before they are ready to be sold, only to supermarkets or for export to Italy and Switzerland so as to leave the local market for the fishermen. The taste of these fish is irreproachable, their quality undeniable. A further reason for company pride is the natural biodiversity that has developed beneath the cages: species that had disappeared have come back and the farming area is now home to around 70 species, compared with a score 25 years ago.

 


A PROPOS DE L'AUTEUR
Delphine

Delphine

Avec un parcours mêlant culture, édition et tourisme, Delphine organise les publications du blog. Elle aime partager ses expériences culturelles, gastronomiques et dénicher de nouvelles adresses et idées loisirs. Les bons plans et les astuces ne lui résistent pas.

↓