Up

PARTAGEZ MOI

Villa Domergue

Prodigieux destin que celui de l’humble petit port de pêche du début du 19è siècle ! Ce destin exceptionnel est inscrit dans la pierre des belles demeures aux styles très divers, baroques, exotiques, rococos, art-déco, qui ont été édifiés sur les hauteurs et autour du centre ville.

Retour en images

1/ Villa Marie-Thérèse – Villa Béatrice – avenue du Docteur Picaud
Edifiée par la Baronne douairière Rotschild vers 1881, la Villa Marie-Térèse et son annexe la villa Béatrice ont été occupées par les membres de la famille : le Baron Alphonse, les Barons Edouard Maurice, Philippe…jusqu’à la deuxième guerre mondiale. La villa est devenue propriété de la ville et elle y abrite aujourd’hui la Médiathèque Jean de Noailles.

2/ Château de la Croix des Gardes – boulevard Leader
L’acquéreur des 50 hectares de bosquets, de broussailles et de rocailles au sommet de la Croix des Gardes se nommait Paul Girod. Né en Suisse, il fut à la tête de la Compagnie des Forges et Aciéries Electriques à Ugine. A la fin de la première guerre mondiale, il fit édifier sur ses terres ce qu’il est convenu d’appeler le Château de la Croix des Gardes. Les travaux s’échelonnèrent sur trois ans de 1919 à 1921. La façade était de style florentin. Autour du bâtiment, sur treize hectares, de véritables jardins suspendus avaient été créés. Paul Girod fut Président des Régates Royales et présida aux destinées de l’automobile club de Cannes.

3/ Château Eleonore – avenue du Docteur Picaud
Huit jours après son arrivée à Cannes, Lord Brougham, le Grand Chancelier de Grande-Bretagne, avait acquis pour le prix très modeste de 13500 francs un grand terrain sur la route de Fréjus devenue depuis l’avenue du Docteur Picaud. Il y fit construire une somptueuse résidence à laquelle il donne le nom de sa fille Eléonore. L’historien Jules Bertaut la décrit ainsi : “Un péristyle élégant d’ordre ionique, précède la façade exposée au midi, à la base d’une colline boisée. Les colonnes soutenaient une terrasse sur laquelle donnaient les appartements du premier étage où l’on avait des échappées grandioses sur la mer et sur la montagne. Les allées montaient en pente douce jusqu’au bois”.

4/ Villa Fiesole devenue Villa Jean-Gabriel Domergue – avenue Fiesole
Le peintre Jean-Gabriel Domergue cherchait à Cannes un terrain sur lequel il pourrait construite une demeure comme il en avait vu à Fiesole, admirable cité des environs de Florence. En 1936, on pendait la crémaillère : “C’est mon mari qui a conçu tous les plans de la villa, disait Madame Domergue elle-même sculpteur de talent)…ceux de la maison des dépendances, mais aussi des jardins et de tous les aménagements intérieurs, jusqu’aux lustres qu’il a dessinés et fait exécuter par les verriers de Murano”.
La villa est à couper le souffle par ses proportions d’une harmonieuse grandeur : salles immenses aux plafonds très hauts, mobilier d’un rare raffinement. C’est la demeure fastueuse d’un Prince de la Renaissance et dans ces lieux Jean-Gabriel Domergue et son épouse ont donné durant des années d’éblouissantes fêtes et réceptions. Peintre de la femme par excellence, c’est dans cet atelier de la Villa Fiesole que les femmes les plus élégantes et les plus belles, sont venues posées pour lui : Gina Lollobrigida, Brigitte Bardot, Mylène Demongeot…et tant d’autres.

5/ Villa Fiorentina
Dans son ouvrage “La Côte d’Azur” publié au siècle dernier, Stephen Liegeard écrit à propos de la Fiorentina : “c’est un ample palazzo italien aux galeries à fresques, aux escaliers de carrare poli, où pour mieux plaire à la vibrante florentine qui est son rayon de poésie, Sir Julian Goldsmid semble avoir évoqué quelques souvenirs de la patrie toscane”. A la Fiorentina, les bancs en marbre sont disposés harmonieusement dans une admirable allée de cyprès. Il y a un cloître où chaque colonne est dans une pierre différente. Lors du morcellement de l’immense domaine, à la suite du règlement de la succession, la chapelle fut rachetée par le peintre Emmanuel Bellini, qui en fit son atelier. De style florentin-baroque, elle est certainement la seule chapelle privée de cette importance sur la Côte d’Azur.

6/ Villa Kazbeck – avenue Roi Albert
C’est dans cette somptueuse résidence, élevée sur les premières pentes de la Californie, que vécurent Son Altesse Impériale le Grand Duc Michel Michaïlovitch, oncle du Tsar Nicolas II, et son épouse morganatique la Comtesse de Torby, petite fille de Pouchkine. Les hôtes de la villa reçurent les hivernant les plus illustres: le roi Edouard VII, le Roi de Suède, les princes de Nassau. De 1895 à 1914, le Grand Duc Michel et sa très jolie épouse sont venus tous les ans à la Villa Kazbeck dont le nom évoque un des plus hauts sommets du Caucase.

7/ Château Scott – avenue du Maréchal Juin
Dans un parc immense descendant jusqu’à la mer, l’honorable Michel Hugues Scott, inventeur de l’émulsion Scott à base d’huile de foie de morue, fit bâtir un manoir dans le plus pur style made in Highlands : du gothique flamboyant avec tours à créneaux et échauguettes, rosaces, petit cloître. Ces lieux inspirèrent Marcel L’Herbier en 1931 qui y tourna la version parlante du film “Le Mystère de la chambre jaune” et un autre film “Quasimodo”, eut également pour cadre le Château Scott.

8/ Palais Vallombrosa – avenue Jean de Noailles
En 1858, le Château des Tours construit par Sir Thomas Robinson Woolfieds, fut racheté par le Duc de Vallombrosa. Le château en dépit de son style un tantinet baroque, avait grande allure sur les rochers escarpés du vallon du Riou. Le Duc fut en quelques mois une véritable locomotive de la vie cannoise. Bientôt au Chateau des Tours, se rencontrèrent les membres les plus huppés de la colonie azuréenne. Des artistes célèbre y séjournèrent, le Comte et la Comtesse de Paris, le Maréchal Mac Mahon et Charles Gounod y interpréta ses dernières oeuvres.

9/ Villa Victoria – avenue du Docteur Picaud
Parc splendide que celui de la Villa Victoria où la flore faisait à cette époque l’admiration des botanistes, étant même citée en exemple aux amateurs anglais par le “Journal of Horticulture and Cottage Gardener”. Sir Woolfield avait fait construire en 1860 la Villa Victoria, et ayant acquis pour une bouchée de pain quelques dizaines d’hectares aux alentours de la demeure, il divisa sa propriété en lots de diverses importances qu’il vend rapidement à des amis anglais. En 1869, il accueille à la Villa Victoria la princesse Royale de Prusse, future impératrice. C’est lui qui possède le premier et le seul court de lawn tennis dans le jardin de la villa. Il construit surtout à quelques ètres de sa villa, la première église anglicane de Cannes.

Aujourd’hui, l’on peut visiter certaines de ces belles demeures : la Villa Fiesole, la Villa Marie-Thérèse de venue Jean de Noailles et abrite la médiathèque de Cannes où de nombreux évènements sont organisés, la Villa Jean-Gabriel Domergue, aujourd’hui lieu de réception, d’exposition, de festivals, la Villa Fiorentina et la Chapelle Bellini.

Retrouvez les informations complètes sur les horaires d’ouverture

© photos Jerome Kelagopian
Textes d’après le livre de Jean Bresson “La fabuleuse histoire de Cannes” Editions du Rocher


A PROPOS DE L'AUTEUR
Delphine

Delphine

Avec un parcours mêlant culture, édition et tourisme, Delphine organise les publications du blog. Elle aime partager ses expériences culturelles, gastronomiques et dénicher de nouvelles adresses et idées loisirs. Les bons plans et les astuces ne lui résistent pas.

↓